Aperture Exporter la migration de Aperture vers Lightroom 5

Je vous l’annonçais à la fin du mois dernier, Apple a donc décidé de ne pas poursuivre le développement de son logiciel Aperture (voir ici). Une bien triste nouvelle pour nombreux d’entre nous en ce sens où même si Aperture commençait un peu à vieillir sur certaines de ses fonctions, il s’avère qu’il possède des outils encore non présents chez ses concurrents. Par exemple, pour ma part j’attend toujours la correction TSL localisée dans Lightroom, mais ceci n’est qu’un exemple.
Même si Aperture peut rester totalement fonctionnel un bon moment si vous ne changez ni votre workflow et ni votre matériel (sans oublier votre O.S.), il n’est pas idiot de penser à l’avenir et au devenir de vos futures images.
La concurrence est fortement présente et les photographes disposent d’un grand choix afin de quitter Aperture pour un autre logiciel. Pourtant, je le répète, il n’y a rien d’urgent et pour les raisons évoquées ci-dessus, cela peut encore attendre.
Cependant, voyant que Apple ne faisait pas évoluer plus que cela Aperture et surtout depuis l’annonce de la fin de son développement, de nombreux photographes ont commencés à se tourner vers Capture One Pro ou Lightroom.
Concernant ce dernier, on sait qu’Adobe devrait nous proposer un moyen de transition mais qui pour l’instant est totalement absent. La solution vient souvent des développeurs tiers, c’est d’ailleurs ce que propose la société 7822383 Canada Ltd avec APERTURE EXPORTER
Adrian Grah, son créateur (un grand merci à lui et bravo pour ce travail) , explique qu’à travers aperture exporter il a souhaité proposer un outils permettant d’automatiser la bascule de migration entre Aperture et Lightroom 5.
En vous rendant sur le site dédié à Aperture Exporter (via ce lien), vous pourrez télécharger gratuitement cet outils qui est pour l’instant en bêta (version 3) mais fonctionnel

Attention toute fois, Aperture Exporter requière que vous possédiez Mac OS X 10.9 au minimum pour pouvoir être utilisé.
Passé ce détail, Le processus est assez simple puisqu’il vous suffit d’ouvrir votre bibliothèque ou la bibliothèque Aperture vous souhaitez exporter et laisser Aperture ouvert. Lancez ensuite Aperture Exportateur, prenez les  décisions sur ce que vous voulez que l’utilitaire fasse pour vous et roulez jeunesse.
N’ayez pas peur, Aperture Exporter ne détruit rien et votre bibliothèque Aperture n’est pas détruite :D En cas de besoin de plus d’informations, vous pouvez toujours consulter la FAQ de Aperture Exporter via ce lien
Toute fois, et je peux aisément vous comprendre, vous préfériez peut être faire une transition vers Capture One Pro. Sur ce point j’ai déjà ici communiqué un peu (voir ici et ici) mais quand on sait que Capture One Pro permet de récupérer en grande partie un catalogue Lightroom et cela depuis Capture One Pro 7.1.3 (voir ce lien) vous pourrez vite comprendre où je souhaite en venir et mettre en place une passerelle Aperture > Lightroom > Capture One Pro ;)

Photographier en mode connecté avec Lightroom 5 – deux trois petites astuces

Comme vous le savez peut être, votre serviteur n’est pas que formateur sur Capture One Pro. Régulièrement, je réalise des formations auprès de photographes sur le logiciel Lightroom (voir ce lien pour en savoir plus). Lors de ces interventions, j’ai souvent une question qui revient : quid du mode connecté à l’aide de Lightroom et quid de quelques alternatives ?
Même si pour cette pratique de prise de vue je préfère l’utilisation de Capture One Pro (comme le montre cette image en début d’article, issue d’un backstage que vous pouvez découvrir ici) de part la puissance de l’outil, vous êtes nombreux à vous être orientés sur le logiciel Adobe.
Depuis un bon moment il est possible d’utiliser Lightroom en mode connecté, comprenez le fait qu’à l’aide d’un simple  câble USB par exemple entre votre APN et votre ordinateur vous obtiendrez directement vos photographies sans passer par la case importation d’une carte mémoire.
Une solution simple et efficace pour vos prises de vue en studio mais pourquoi pas aussi sur le terrain (en architecture par exemple).
Pour cela rien de plus facile, rendez vous au sein du menu Fichier> Capture en mode connecté > Démarrer la capture en mode connecté.

Une boîte de dialogue très simple à comprendre apparaît. Cependant une subtilité n’est pas toujours comprise de tous. Il s’agit de la case « Scinder les photos en prises de vue », promis Lightroom ne va pas commencer à découper vos précieuses images :D Une fonction pourtant fort pratique que je conseille toujours en ce sens où vous aurez ainsi la possibilité de gérer aisément la notion de sous répertoire au sein de votre session .
Imaginez par exemple de devoir classer toutes vos images de robes puis de chaussures et enfin de sacs à main… Cette petite case devient votre amie ;)

En choisissant cette fonction nous voyons sur la capture d’écran ci-dessus que le sous dossier apparaît (ici nommé « produit 1″ pour l’exemple) ainsi toutes vos photographies correspondant à cette catégorie seront rangées automatiquement à cet endroit.

Pour changer le sous dossier, rien de plus simple. Un clic dans la barre de contrôle du mode connecté sur le nom du sous répertoire vous permet d’en créer un nouveau (dans l’exemple ici : « produit 2″).

La suite de vos prises de vue se rangement maintenant dans le sous répertoires adéquate. Ainsi, classer à la prise de vue est à la portée d’un enfant.
Si vous avez pris le soin de caler votre première prise de vue comme par exemple ne serait ce que la balance des blancs (un minimum en numérique mais si celle-ci peut être effectuer en post production), vous pourrez appliquer une répétition et une application du réglage via le fait de choisir la fonction nommée « comme précédent » comme nous le voyons sur la capture d’écran ci-dessous

Les possibilités de Lightroom en mode connecté sont certes assez basiques, cependant elles peuvent être suffisantes pour certains photographes.
Maintenant, quid des possibilités de Live View à savoir obtenir une prévisualisation avant capture ? Comme vous le savez, Lightroom est pour l’instant dépourvue de cette fonction nativement parlant. Cependant c’est sans compter sur les modestes connaissances de votre serviteur en terme de workflow.
En effet, j’utilisais déjà le LiveView à l’époque de Lightroom 2 (cela ne nous rajeunit pas)  grâce à un module externe Lightroom nommé Lightroom Tether que vous pouvez trouver gratuitement via ce lien.

Une fois installé (fonctionne toujours, même avec Lightroom 5.5), rendez-vous dans le menu Fichier > Module externe – Extras > LightroomTether
Une fois lancé, à vous les joies du LiveView directement au sein de Lightroom mais aussi des possibilités de réglages de votre APN sans devoir y toucher

En effet, pouvoir intervenir sur votre vitesse, votre ouverture ou encore votre sensibilité ISO d’une manière rapide est primordiale et tout ceci peut se compliquer si votre boîtier n’est pas à porter de main comme nous le voyons sur cette configuration de prise de vue réalisée pour l’un de mes clients r&lisant des aplats de vêtements.

Nous le voyons ici, inutile de stipuler que de monter sur un escabeau pour atteindre les réglages du réflex seraient non seulement une perte de temps mais aussi un risque pour le photographe.
Pour les utilisateurs Mac et équipés Nikon, je vous préconiserais une solution qui permet encore plus de possibilités et cala aussi gratuitement (même si je suis certain que son créateur ne serait pas contre un don de votre part) à travers SOFORTBILD dont vici le lien.

  • N’oubliez pas au passage de me (re) lire sur la création de profil personnalisé pour Lightroom (via ce lien) mais aussi ici pour en connaître l’importance ;)

En utilisant ce superbe logiciel conjointement à Lightroom et cela en gérant l’importation automatique (via le menu Fichier > Importation automatique) vous voici en présence d’un flux pour Macuser et Nikoniste très performant et réactif ;)
Bien entendu des solutions windows et/ou pour Canon existent, citons le cas simplement de Eos Utility. Idem pour les utilisateurs Hasselblad voulant utiliser Lightroom plutôt que Phocus, en septembre 2012 je vous communiquais déjà une petite astuce fort sympathique (voir ce lien) . Mais bon je vous invite à voir cela avec notre ami Google ou bien lors d’une des formations que je propose ;)

Certains modules de Lightroom 5 gratuits ? Affaire ou piège ?

Ayant pas mal de travail à réaliser pendant que certains ont déjà rejoint les plages (j’étais encore en cette fin de semaine dans une agence d’architecture afin de calibrer leur chaîne graphique) je n’avais donc pas pris le temps de m’exprimer sur ce que j’avais découvert il y a déjà un bon moment lors de mes escapades sur la toile.
En effet c’est en retournant sur un blog que je croyais mort que je suis tombé sur un aspect intéressant quant à la politique de l’éditeur Adobe en cas de décision de la part du photographe d’arrêt d’abonnement et quid dans ce cas de l’interaction avec les données ?. Sur le blog de John Nack l’information avait déjà filtrée depuis la fin mai (voir ce lien) en nous annonçant que les données (entendez vos précieuses photos et fichiers retouchés) restaient accessibles.
Avec des conditions d’utilisation moins drastiques, Adobe joue ainsi la carte « rassurons les indécis » c’est d’ailleurs cela qui est avant tout mis en avant sur de nombreux blogs ou autre forums dédiés au logiciel Lightroom.
Prenons le cas de Lightroom : Adobe promet (voir ce lien) à travers son chef produit que l’application de bureau (comprenez Lightroom installé sur votre Mac ou votre PC) continue de s’ouvrir et continuera donc de donner accès à vos photographies ainsi qu’aux modules de diaporama, de web, de livres et d’impression.
En renonçant à continuer à vous abonner vous savez donc déjà que vous ne plus utiliser le module Développement et le module Carte. Dans ce décryptage de l’information et des promesse, passera aussi à la trappe votre possibilité d’utiliser Lightroom Mobile sur votre Ipad. Sur ce point, les utilisateurs de Lightroom qui ont fait le choix d’une licence perpétuelle à plus de cent euros en sont de toute façon exclus. Si vous voulez profiter de la mobilité c’est : ‘Toi pas dit ZIP….donner argent… » à savoir obligation de passer par case abonnement au Cloud. Donc premier point à retenir et dont peu de sites, blogs ou autre forum none pas évoqué ce point, si vous arrêtez votre abonnement = plus de Lightroom Mobile pour vous ! (sauf si les règles Adobesques changent encore).
En annonçant que certains modules seront toujours fonctionnels, certains voient donc en Lightroom le fait de pouvoir gratuitement cataloguer leurs précieux RAW et/ou autres JPG (sur ce point n’oubliez pas > YOU MUST SHOOT RAW ! ). On voit de partout fleurir des articles avec des titres très accrocheurs comme cataloguer gratuitement grâce à Lightroom, le catalogage avec Lightroom est désormais gratuit ou comme quoi on nous aurait pas tout dit sur Lightroom …
En découvrant l’information fin mai comme je vous le précisais en début de ce billet, la première question que je me suis posé fut : pourra t’on continuer à importer ses photographies au sein de la bibliothèque Lightroom ? En effet, si la fonction d’import devenait impossible, l’intérêt de cette gratuité serait de mon point de vue nul et non avenant, puisqu’on ne pourra dans ce cas pas continuer à gérer ses nouvelles photos au sein de Lightroom. La photothèque restant et dans ce cas de figure figée à votre dernier jour de votre abonnement.
N’ayant pas les possibilités de réaliser ce test, j’ai donc posé cette question à droite et à gauche afin de savoir si un confrère avait la réponse à cette question qui remettrait en cause l’utilisation d’un éventuel catalogage gratuit : Pourra t’on continuer à importer les photographies en cas d’arrêt d’abonnement ? (si certains d’entre vous ont la réponse provenant d’une source confirmée, qu’il n’hésite pas à utiliser les commentaires ;) ) .
Autre point qui est que très peu abordé : est ce si économique que cela d’abandonner son abonnement à la Creative Cloud ? Car avant de nous parler d’une éventuelle gratuité, il me semble essentiel de parler chiffre.
Vous le savez certainement, afin d’acquérir Lightroom vous avec le choix entre la licence permanente à 129 euros  comme le montre la capture fraichement réalisée par mes oins sur le site de Adobe.

Concernant ce tarif, on voit régulièrement des promotions sur internet dans les 90 euros afin d’obtenir le sésame.
Vous avez sinon la possibilité de rejoindre les cieux, comprenez ici de passer à l’offre Creative Cloud et non de passer l’arme à gauche :D ;)

En proposant une offre Photographe réunissant Photoshop et Lightroom pour un peu plus de 12 euros TTC par mois a parfaitement bien joué je pense. De nombreux utilisateurs de ces deux logiciels sont rapidement devenus officiels au lieu d’utiliser des versions dont nous tairons la provenance (COULEUR-ICC ne favorise jamais le piratage). Cependant cette offre à 12 euros n’est valable que si vous signez pour un an d’engagement et pour être libre comme l’air et stopper votre abonnement au bout d’un mois par exemple, la douloureuse s’élève à 92 euros par mois. Certes pendant ce mois d’abonnement vous aurez accès à l’ensemble des logiciels Adobe mais quid de l’intérêt pour un photographe et surtout quid des économies ou de la gratuité à laquelle on voudrait nous faire croire ?
Je vous laisse avec ce petit calcul digne d’un devoir de vacances, cependant cette gratuité me semble ressembler à un mirage (tiens, mirage rime avec nuage :D ).
Concernant la possibilité de pouvoir continuer à importer ses fichiers au sein de sa bibliothèque Lightroom, la question semble avoir été posée auprès de Tom Hogarty mais au moment où je vous livre ce modeste écrit, personne n’a obtenu la réponse.
Pendant ce temps, certains éditeurs joue la carte de la concurrence et on me murmure actuellement dans mon oreillette qu’un certain éditeur Danois propose une remise de 50% sur son logiciel bien connu de nombreux photographes ;)

Haut de Page

COULEUR-ICC.COM

COULEUR-ICC.com : Tout ce que vous avez voulu savoir sur la gestion des couleurs, les profils icc et l'impression jet d'encre sans jamais oser le demander. COULEUR-ICC.com c'est la formation dédiée à l'image numérique formation gestion de la couleur, formation photogravure, formation impression jet d'encre, formation retouche chromie. Enfin COULEUR-ICC c'est la vente de matériel et le partenaire de votre chaîne graphique et numérique. Pascal, responsable de la société COULEUR-ICC est membre Coloratti XRITE en France et LE spécialiste de Capture One Pro.